Walker Evans, la beauté de l’américanité banale

Evans, le photographe du vernaculaire américain

Présenté actuellement au Centre Pompidou, Walker Evans (1903-75) est le photographe du vernaculaire. Il est difficile de s’accorder sur une seule définition du vernaculaire. Vernaculaire, du latin vernaculus, indigène, de verna, esclave né dans la maison du maître (source : Larousse). Selon Clément Chéroux (‘Vernaculaires : Essais d’histoire de la photographie’ et commissaire de l’exposition), la photographie vernaculaire est fonctionnelle et a une fonction utilitaire ; « elle se situe hors de ce qui a été jugé le plus digne d’intérêt par les principales instances de légitimation culturelle ». La culture vernaculaire de Walker Evans est une culture populaire avec une certaine américanité.

 


Vante la beauté de sujets “ready mades” : vitrines, signes publicitaires, outils, déchets

Né d’un père publicitaire, Evans aime photographier les vitrines, signes et panneaux publicitaires, des ‘ready mades’. Evans vante, entre autres la beauté de la tôle ondulée, déchets et outils ordinaires. D’abord écrivain, Evans se convertit à la photographie à cause du manque de sujets d’écriture. Evans était inspiré par Flaubert et Baudelaire, qu’il traduit pendant son séjour à Paris en 1926 (Charles Baudelaire, The Double Room). Dans la photographie, il trouve une multitude de sujets “prêts à photographier”. Un contemporain décrit son œuvre comme un livre de comptes rendus plutôt qu’une œuvre d’art. 

 Roadside Sign near Birmingham, Alabama, 1936



Célèbres clichés documentant les travailleurs du Sud des Etats-Unis

En 1929, il rencontre Bérénice Abbott, l’assistante de Man Ray, et s’éloigne de l’esthétique artistique et romantique de Stieglitz. C’est par Abbott qu’il découvre Eugène Atget qu’il l’a tant influencé, le photographe du vernaculaire parisien et du vieux Paris et ses vitrines. Pendant la Dépression des années 30, il documente les travailleurs agricoles du Sud des Etats-Unis, donnant lieu à ses plus célèbres clichés : Alabama Tenant Farmer Floyd Bourroughs 1936 et Allie Mae Burroughs, Wife of a Cotton Sharecropper, Hale Country, Alabama 1936. Il se déclare photographe mais n’est pas auteur : en 1941, Evans photographie puis se contente de recadrer des portraits pris dans le métro de New York.

L’exposition Walker Evans est présentée au Centre Pompidou jusqu’au 14 août 2017 (nocturnes les jeudis jusqu’à 23h) puis au San Francisco Museum of Modern Art du 30 septembre jusqu’au 4 février 2018. 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s