Tu as fait ta toilette ?

Inédit, le Musée Marmottan-Monet expose la toilette de la femme dans l’art depuis le XVIe siècle dans “La Toilette. Naissance de l’intime”. La toilette est représentée tantôt sociale, fonctionnelle et libertine ; et à partir de l’art moderne, sensuelle et de manière indiscrète.

On apprend qu’au XVIIe siècle la toilette s’effectuait sèche, l’eau étant vue comme sale et source de contagions, avant le retour de l’eau au XVIIIe siècle. Ce n’est qu’au 3ème quart du XIXe siècle que l’ablution devînt quotidienne – et au lendemain de la Première Guerre mondiale que les bourgeoises se maquillent (!). En parallèle est montrée l’évolution de l’intimité, inexistante dans les scènes de bain publiques du XVIe s., à la femme seule dans son bain dans l’art moderne.

On y découvre à travers peintures, sculptures, estampes et photographies la toilette, dont la fonction sociale du bain sans son rôle de nettoyage dans le “Portrait présumé de Gabrielle d’Estrées et la duchesse de Villars au bain”. Ou une toilette moins ‘glamour’ chez une servante qui se cherche des puces dans le sublime “Femme à la puce” de Georges de la Tour, ou plus loin une femme se coupant les ongles.

Entre temps, on aperçoit un Boucher libertin avec ses peintures couvertes/découvertes : les premières couvrant des peintures plus osées réservées à quelques yeux. Et plus de dessins et estampes, à croire que le dessin, par rapport à la peinture, favorise des sujets plus érotiques (ex. : les dessins erotico-pornographiques de Schiele et Klimt).

Les temps forts de l’exposition sont les œuvres de la sélection d’art moderne, dont des bijoux en provenance des musées de province. À partir de l’art moderne, la femme à la toilette est contemplative, languie, en abandon de soi et/ou en relaxation.

J’ai de suite espéré voir des Bonnard, ayant en tête les nombreux nus alanguis et méditatifs de sa femme Marthe au bain. Bonnard est (heureusement) présent dans l’exposition, dont une photographie de ‘Marthe au tub’ et un magnifique ‘Nu au tub’. La sensualité est de mise, même chez Degas qui pourtant disait des femmes à leur toilette “Je les montre sans coquetterie, à l’état de bêtes qui se nettoient.”

Il est dommage que les commissaires de l’exposition se soient sentis obligés, à mes yeux, de clore l’exposition par une sélection contemporaine. L’exposition “retombe” après une apogée de la toilette dans l’art moderne. La toilette est elle encore un thème chez les artistes contemporains ? En tout cas, pas dans les œuvres choisies. Y aller donc pour l’histoire de la toilette dans l’art jusqu’à Bonnard. “La Toilette. Naissance de l’intime” est au Musée Marmottan-Monet jusqu’au 5 juillet 2015. 

IMG_1175.JPG

Pierre Bonnard, “Nu au tub”, 1903 – Huile sur toile, 44 x 50 cm, Toulouse, Fondation Bemberg, © RMN-Grand Palais / Mathieu Rabeau, ADAGP, Paris

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s