Niki

Catherine, Marie-Agnès Fal de Saint Phalle, dite Niki de Saint Phalle (1930-2002). Vous avez sûrement vu La Fontaine Stravinsky (ou Fontaine des automates), à côté du Centre Pompidou par Niki de Saint Phalle & Jean Tinguely (1983). On ne peut parler de l’œuvre de Niki de Saint Phalle sans évoquer sa vie personnelle. Dans le désordre : son drame familial, sa rébellion contre une éducation traditionnelle au sein d’une famille de la bonne société new-yorkaise, sa beauté et le chaos qui la poussa à créer. Niki, comme un homme aurait pu le faire, quitta mari et enfants, pour commencer sa carrière artistique.
IMG_1142.JPG
Dès le début, elle représentait les femmes plus grandes que nature, dans ses séries Mariées et Accouchements par exemple. Ses Nanas en sont l’exemple le plus connu. Cherchait-elle à montrer le pouvoir de la femme en la représentant plus grande que nature, me demandai-je? Oui, jusqu’à culminer dans Hon ([elle] en suédois), une sculpture “cathédrale” éphémère de femme allongée de 27 mètres de long, présentée au Moderna Museet de Stockholm en 1966, où les visiteurs y entraient par le vagin de la sculpture. “Pour moi, mes sculptures représentent le monde de la femme amplifié, la folie des grandeurs des femmes, la femme dans le monde d’aujourd’hui, la femme au pouvoir”.

Le Grand Palais présente une artiste ô combien féminine, à juste titre. Je me suis posé la question : est-ce-que les artistes femme se doivent de représenter des thèmes dits féminins ? Devraient-elles faire comme les hommes ou mettre en avant leur spécificité féminine – une question que nombre d’entre nous se posent dans notre vie professionnelle. “Je veux être supérieure : avoir les privilèges des hommes et en plus garder ceux de la féminité, tout en continuant a porter de beaux chapeaux” : tout est dit. J’ai trouvé des parallèles sur lesdits thèmes féminins avec une de mes artistes favorites, Louise Bourgeois. Louise Bourgeois était obsédée par la maternité et son art fut imprégné de sa relation avec sa mère, comme celui de Niki de Saint Phalle. L’araignée est également commune aux deux artistes, bien que d’une signification très différente pour l’une (sa mère pour L. Bourgeois) et l’autre (la mort et la SIDA pour Niki).

Finalement, Niki de St Phalle exauça son vœu d’être supérieure à l’homme, en mon opinion. Pour ses Tirs, Niki fixait sur un panneau de bois des objets insérés dans du plâtre ainsi que des sachets ou boîtes de couleurs liquides, qui éclataient sous l’impact des balles qu’elle même, ses amis ou passants tiraient. Inspirée lors de ses débuts par l’Action Painting de l’expressionniste abstrait Pollock, ses Tirs en firent de Niki une artiste clé du Performance art. L’exposition consacrée à Niki de Saint Phalle est présentée au Grand Palais jusqu’au 2 février 2015, puis au Musée Guggenheim  de Bilbao du 27 février au 7 juin 2015. 
IMG_1143.JPG

Advertisements

2 responses to “Niki

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s