Masculin Masculin : Couvrez ce sexe que je ne saurais voir

Enfin une expo montrant des hommes nus ! Je voulais dire : enfin une exposition sur le nu masculin dans l’art de 1800 à nos jours. L’Académie, représentation d’un modèle nu masculin, est un exercice important dans l’enseignement académique du dessin. Pourtant, “Masculin / Masculin” au Musée d’Orsay est une des seules expositions qui s’est penchée sur le sujet. L’autre exposition d’envergure à traiter du sujet était celle du Leopold Museum à Vienne en Octobre 2012 – Mars 2013.

Bien que l’exposition du Musée d’Orsay retrace deux siècles de nus masculins, j’ai identifié des thèmes communs dans la représentation de l’homme nu depuis plus de 200 ans : la tendance à cacher le sexe masculin, l’idéal d’une musculature développée et la sensualité presque féminine de certains nus. Le nu masculin tend à cacher plus que montrer le sexe masculin. Il est souvent plus ou moins subtilement dissimulé sous un ruban, voire complètement ôté dans certaines peintures. En parcourant les salles de l’expo, j’en ai également conclu que l’homme idéal avait une musculature développée, ce qui correspond au canon grec romain prônant des épaules larges, un buste élancé et des jambes musclées. L’idéal masculin dans l’art n’a évolué que récemment vers un homme androgyne – Yves St Laurent photographié par Jeanloup Sieff en 1971 en est un exemple.

Enfin, je me suis demandé si le conservateur avait réuni des nus masculins en débutant par le néoclassicisme (également le cas du Leopold Museum) car ladite période était plus propice aux nus masculins. Ce n’est pas nécessairement le cas mais 1800 est l’avènement de l’art du Salon et de la beauté masculine absolue. Toutefois, j’ai trouvé qu’il y avait une sensualité inhérente dans les nus masculins d’inspiration maniériste; comme si les poses lascives caractéristiques du Maniérisme au 16eme siècle étaient plus adaptées aux nus masculins. C’est le cas de Edward Byrne Jones, un Pré-Raphaëlite qui je pense a été inspiré par les esclaves nus de Michel-Ange pour son œuvre La roue de la Fortune. Certains artistes ont tablé sur la confusion genres comme George Platt Lynes qui a conféré a l’homme une sensualité bien féminine, jusque dans la pose du modèle. “Masculin / Masculin. L’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours.” est au Musée d’Orsay jusqu’au 12 janvier 2014.

20131129-110647.jpg

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s