L’énigme Hopper

Événement de la programmation du Grand Palais, ne ratez pas la rétrospective magique d’Edward Hopper. L’exposition est divisée en deux parties : ses débuts et influences dans la première partie puis ses œuvres de maturité dans la seconde partie au RdC – assurez-vous d’avoir assez de temps pour admirer les chefs d’œuvres de la seconde partie ! La plupart des prêts proviennent du Whitney Museum à New-York ; je m’y étais rendue en février mais dépitée de n’y voir aucun Hopper, me voilà rassurée. Même le ‘Nighthawks’ (Oiseaux de nuit) de Chicago y est.

Outre ses débuts dans l’atelier de Robert Henri, on apprend le passé de Hopper en tant qu’illustrateur, son gagne-pain avant d’être un peintre à succès. Figurent ainsi dans la première partie ses illustrations, ainsi que gravures et aquarelles, ces dernières amorçant sa réussite en tant que peintre et la fin de sa période d’illustrateur. Hopper a en fait commencé très influencé par l’art français, ce qui est assez étonnant quand on ne connait que ses œuvres typiques. Degas et Marquet l’ont particulièrement marqué ; il répliqua les vues de Paris de Marquet et utilisa le cadrage photographique de Degas dans ses propres peintures. Finalement, on peut dire que l’art français constitua sa période d’apprentissage avant de se conformer à un “style” américain, d’abord se rapprochant du groupe de l’art “poubelle” (‘Ashcan School’ en référence aux thèmes triviaux du quotidien new-yorkais) puis créant le style unique qu’on connaît.

Femme dévêtue (notons que son seul modèle féminin fut sa femme, rencontrée lorsqu’il étudiait dans l’atelier de Robert Henri) attendant dans une chambre, figures solitaires dans un paysage désertique, personnages isolés perdus dans leurs pensées, éclairage artificiel vs. lumière naturelle… Point commun de ses chefs d’œuvres, les multiples interprétations qui en découlent : ennui, attente, que va-t-il se passer après l’arrêt sur image conféré par la peinture ? D’autant plus que Hopper se gardait bien de livrer tout indice, laissant libre cours à l’imagination au spectateur. À vous de plonger dans son univers et d’interpréter ses œuvres mystérieuses…

20121112-204411.jpg

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s