Modigliani & co : la collection Netter par un dimanche ensoleillé

Je suis allée voir par un dimanche ensoleillé l’expo Modigliani à la Pinacothèque… J’avais réservé deux places et bien figurez-vous que ma seconde place n’a pas trouvé preneur et ce, pour différentes raisons (danse, parc, visite de grand-mère, concert de George Michael, vacances en Croatie…) que c’est étrange 😉 Qu’à cela ne tienne, grand soleil et 30 degrés, je résiste à l’appel du parc et en route pour le musée ; on est passionnée ou on ne l’est pas ! Et puis surtout c’était le dernier jour de l’expo…

Le nom de l exposition est trompeur car il met en avant Modigliani et Soutine, mais beaucoup d’autres artistes y sont représentés. En fait, c’est une grande partie de la collection Netter, homme d’affaires alsacien qui, passionné d’impressionnisme (mais qui n’avait pas les moyens d’acquérir des œuvres impressionnistes) se découvre un fort intérêt pour l’avant-garde parisienne, dont Modigliani. Il s’entoure du poète et marchand d’art Zborowski qui a le bagout qu’il n a pas ; Netter ayant les deniers que Zborowski n’avait pas. Netter ne pouvait certes, pas s’offrir des pièces impressionnistes, mais avait suffisamment de moyens pour découvrir et soutenir financièrement plusieurs artistes qui sont représentés dans l’exposition.

Avant de voir les superbes Modigliani, plusieurs tableaux de Suzanne Valadon, ancienne modèle de Renoir et Toulouse Lautrec, qui devint peintre en apprenant sur le tas et excella dans les nus féminins. J’ai moins aimé son fils Maurice Utrillo qui dépeignait des vues de Paris et sa région, oscillant entre paysages détaillés à la Canaletto peignant Venise et peintures presque impressionnistes.

Avant d’avoir le souffle coupé par les Modigliani, on lit que Paul Guillaume, marchand d’art et premier soutien de Modigliani ne le payait pas assez ! Ce qui permit à Netter de conclure par l’intermédiaire de Zborowski un contrat avec Modigliani sur au moins 12 toiles par mois – Netter pouvait en choisir la moitié. Mon coup de cœur : Fillette en bleu.

En admirant ces tableaux inédits de Modigliani, je me suis demandée s’il m’aurait peinte avec un visage et cou allongé (ignorant mes grosses joues) comme la plupart de ses portraits… Or le portrait de Soutine fut une exception à la règle, portrait ressemblant de son cher ami peintre. Ici pas de référence au masque africain, point de visage allongé. Enfin quelques tableaux remarquables de Soutine et on nous révèle qu’après la mort de Modigliani, Zborowski rechignait à soutenir Soutine mais ce dernier trouva le soutien et l admiration du grand collecteur Barnes…

20120911-230800.jpg

Advertisements

4 responses to “Modigliani & co : la collection Netter par un dimanche ensoleillé

  1. Pingback: So Similar, Yet So Different | yulia5·

  2. Pingback: So Similar, Yet So Different | yu51a5's blog·

  3. Pingback: So Similar, Yet So Different – yu51a5·

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s